Super Parquet

Vendredi 7 juillet - 21h30


En Auvergne comme ailleurs, les traditions se perdent. Mais une nouvelle génération de musiciens les aide à retrouver le chemin des salles de concert, le long des sentiers souterrains qui relient les musiques électroniques à leurs ancêtres folkloriques. C'est le cas de Super Parquet, cinq garçons à contrevent qui, à l'instar de France ou Organic Bananas (découverts aux Trans en 2015), donnent aux fêtes de village des airs de raves païennes. De bourrées psychédéliques en ritournelles bourdonnantes, leur premier EP leur donne corps avec une précision quasi ethnologique. Mais c'est évidemment sur scène, dans un fourbi de machines modernes et d'instruments rustiques (comme la cabrette), que cette musique made in transe se montre la plus inouïe et obsédante.

Ce qu'en disent les autres ?

Musique psychédélique d’Auvergne", c’est ainsi que les quatre larrons de Super Parquet définissent leur musique. Une cornemuse, un banjo, un orgue de barbarie couplé à des pédales d’effet et une flopée de machines composent cet ensemble qui semble né d’une fête de village finie au LSD. Saturées, réitérées jusqu’à l’hallucination, les mélodies des airs traditionnels qu’ils réinterprètent parviennent à vous faire simultanément plonger en transe et danser la farandole.

Traxmag

 

Super Parquet vous connaissez ? C'est un monstre de bal à quatre têtes, un manche de banjo, des anches qui remuent, pas mal d'électronique sous le capot, se nourrissant de musiques traditionnelles et dont le puissant rugissement commence à rencontrer de sérieux succès

AMTA

 

Tout a commencé comme dans un morceau de John Carpenter. Quelques notes de banjo amplifié répétées à l’envie, avant que la cabrette et les machines ne viennent méduser l’auditeur. Dix minutes pour une Bourrée coulée de l’Artense (de l’intense !), de quoi scotcher le public dès l’ouverture du concert avec une musique sans concession, hypnotique comme du drone et qui ne demande qu’à sortir hors les murs pour se répandre et diffuser son bourdon dans l’immensité du dehors. Une mise sous tension intransigeante, toute contenue mais bouillonnante comme une montée d’acide. Dans leur exploration ébouriffante, les Lyonnais n’en oublient pas moins la base, comme en témoigne le fabuleux morceau de conclusion, M’en revenant des noces, chanson traditionnelle accompagnée d’une ritournelle électro. Musique totale, chemin tout tracé vers l’extatique, de quoi chialer et planer en même temps.

Magma Magazine

 

Plus de parquet ? ...


CONTACT

info@festival-cosne.net

04 70 02 01 58


TARIFS

par spectacle ou soirée concert 10 / 5€

Pass journée (tous les spectacles)  15 / 8 €

Pass week-end  (tous les spectacles)  40 / 20  €

gratuit pour les moins de 10 ans


Merci à la compagnie le P'tit Bastringue  co-créatrice du festival en 2008 !


Ainsi qu'à tous nos mécènes

 

Carrefour Market Cosne d’Allier

Crédit Agricole Centre France

Laguelle SA

Restaurant la Belle Époque

SARL Chabarot

SARL Marbrerie André

Radio Quiquangrogne

Bio Conviv'

Groupama

...

 

Mais aussi…

 

Autosûr Cosne d’Allier

Boulangerie Baran Ahmet

Boucherie Plat

Coiff’Mod

Christophe Défourneau

Grand Café du Commerce

Hair’ Evasion

SARL Alain Gaume

Transaxia

Axénergie ATEC

Plan d’Eau de Vieure

Optique Gasne

 

Garage du champ de foire

...